Les Indiens arrivés en Guadeloupe de1854 à 1889, sont venus avec des instruments de musique avec l'espoir, le rêve de les utiliser dans le pays d'accueil. Ce rêve est devenu effectivement une réalité, et la musique indienne se perpétue en Guadeloupe, depuis leur arrivée jusqu'à nos jours, avec ces trois instruments, que sont :

 

le Tambour ou Tapou, Le Matalon et les Talons, utilisés dans les cérémonies indiennes et les spectacles à caractère essentiellement cultuel et culturel.

Joueurs de taloms à gauche

 

 

C’est une paire de cymbales en cuivre, de diamètre compris entre cinq et dix centimètres. Cet instrument d’accompagnement rythme la musique et rend soigneusement les effets intenses au moment des danses et des cérémonies.

 

Un orchestre comporte en général 2 à 5 joueurs de « Taloms » Leur son clair et cristallin s’harmonise avec celui du MATALON et marque le « Métou » et le « Villasson » On en tient un dans chaque main à l’aide d’une mince ficelle placée au centre pour en jouer. Leur rythme varie en fonction de phrases musicales très précises.

 

 

La musique indienne en Guadeloupe se perpétue, depuis près d’un siècle et demi au son de cet instrument accompagné du TAPOU, et du MATALON.15